La carte thermique

Utilité et construction des heatmaps

Levons le mystère sur un graphe qui n’en est pas vraiment un et dont le nom reflète rarement la fonction.

 

Présentation

Stricto sensu, une carte thermique (heat map ou heatmap) est une carte géographique sur laquelle apparaissent des différences de températures sous forme de couleurs. Ci-dessous, extrait d’une carte météo qui montre les zones de chaleur (source Microsoft Start).

heatmap

Au lieu des températures, nous pourrions indiquer la pluviométrie ou tout autre donnée naturelle. Une carte trouve aussi son utilité dans une problématique de géomarketing. Par exemple, une entreprise de construction peut implanter ses points de vente en fonction du type de toiture majoritaire dans la région (tuiles, ardoise, zinc...).

Faisons un grand pas vers l’abstraction. La carte est un repère en deux dimensions (latitude et longitude). Nous pouvons aussi représenter deux dimensions sous forme de tableau (lignes et colonnes). Ainsi ce ne sont plus des variables considérées dans leur continuité (latitude et longitude) mais qualitatives ou scindées en classes.

Prenons un exemple en restant dans le domaine de la météo. En ligne, une variable qualitative : des villes. En colonnes, une variable quantitative (le temps) découpée en classes (des mois). La troisième variable (le taux d’humidité maximal en 2022) est elle aussi découpée en classes (si l’on considère deux variables explicatives discrètes, on voit mal comment leur combinaison pourrait se traduire par une variable continue).

Ces données ont été obtenues à partir du site Opendatasoft :

Il ne reste qu’à colorer les cases du tableau.

On voit rapidement que dans notre échantillon c’est à Nice en été que le taux d’humidité est le plus faible. En revanche, des taux de \(100\%\) sont observés en automne et en hiver dans certaines villes de métropole et en septembre à la Guadeloupe.

On a le choix de laisser les valeurs ou non. Pour une présentation publique, nous recommandons de les laisser car les lecteurs (ou l’auditoire) risquent d’être déroutés par cet outil peu fréquent. Avec les valeurs, il est assimilé à un tableau amélioré.

Il est évident que ce type de graphe ne va pas se limiter à la météo. Nous pouvons l’appliquer dès que l’on étudie une variable mesurée à travers le croisement de deux autres variables. En fait, tout tableau de contingence peut être traduit sous forme de carte thermique.

Notez que pour l’exemple nous avons présenté un tableau de petite taille alors que l’intérêt de l’opération est souvent de faire ressortir des extrêmes dans de très grands tableaux.

 

Comment faire ?

Plusieurs logiciels vous permettent de réaliser des cartes thermiques.

Pour un mode d’emploi avec tableurs, voir la mise en forme conditionnelle de tableaux. Toutefois, nous ajouterons ici une petite précision. En l’occurrence, comment faire disparaître les montants.

D'abord avec Excel. Sélectionnez les valeurs du tableau.

Accédez au menu Format de cellule (soit par clic droit, soit par le pavé Police) puis onglet Nombre. Dans la Catégorie, allez sur Personnalisée. Puis dans Type, remplacez ce qui vous est proposé par un blanc (barre d’espacement). OK.

Le résultat est le suivant :

Avec Google Sheets, Format puis Nombre puis Format numérique personnalisé. Dans la zone à remplir, la manœuvre ne fonctionnera pas avec un blanc mais avec un point (séparateur décimal).

 

Heatmap et page web

Revenons à des espaces concrets. Une page étant un espace à deux dimensions, elle offre des champs d’application aux cartes thermiques.

Sur Wikipédia se trouve une illustration intéressante, les zones où se posent les yeux sur une page.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_thermique

Le marketing digital s’intéresse à la façon dont un internaute interagit avec les pages web des sites marchands. En l’occurrence, la question est de savoir comment positionner les éléments d’une page pour maximiser les conversions. Les cartes thermiques sont des outils puissants pour mener à bien ce type de projet.

https://geekflare.com/fr/best-heatmap-tools/

 

gazinière